Jumong

Aller en bas

Jumong

Message par Laikanou le Mar 15 Fév 2011, 18:44



Titre : Jumong / The Book of the Three Han
Origine : Corée du Sud
Genre : Historique, épopée
Année de production : 2006-2007
Episodes : 81 (c'est trop couuuurt !)

CASTING



RESUME by Newsasia

Jumong est le fils du général rebelle Haemosu, qui toute sa vie, s'est battu pour sauver les réfugiés réduits en esclavage, par l'invasion de l'Empire des Han en 108 av. J-C. Jumong est le fondateur du Royaume coréen de Goguryeo en 37 av. J-C. Son nom signifie expert à l'arc. Ce drama, tiré de faits réels, raconte son épopée...


MON AVIS Nooon, fuyez pas ! u.u

Eh oui, Jumong... encore de l'historique, vous me direz, oui mais l'historique coréen, c'est tellement bon ! Et Jumong ne déroge pas à la règle, c'est même devenu un de mes dramas favoris. Faut dire qu'avec ses 81 épisodes, Jumong prend le temps de poser les choses, d'accorder de l'importance à tous les personnages en réussissant l'exploit de ne pas tomber dans les longueurs habituelles. Quand j'ai fini le 81è épisode, c'est pas un 'ouf ! Fini!' que j'ai poussé mais un 'Mais, mais maiiiis ! Pourquoi y a QUE QUATRE-VINGT UN épisodes ??!' Dire que c'était à cause de ces 81 épisodes que je remettais toujours le visionnage à plus tard... quelle erreur ! Ca se regarde tout seul ! Je l'ai bouclé en moins d'un mois alors que j'ai laissé traîner bien d'autres dramas de 16 malheureux épisodes des mois ! Je l'avais commencé pour patienter entre les sorties des subs vosta de Chuno... et au final, Chuno c'est fini, et je n'ai toujours pas vu les 4 derniers, un comble vu que je me suis enfilé 80 épisodes entre-temps O_O Du coup, j'ai aucune idée de comment je vais faire pour parler d'un truc de 81 épisodes sans pondre 10 pages... vous êtes prévenus XD (après rédaction, y a 8 pages de texte... un miracle, je vous dis.)

Bref. Jumong donc. Ou l'épopée d'un vrai héros. De son enfance à ses dernières années, sa quête de soi, ses exploits, ses défaites... Rah ce que c'était bon ça ! Prenant, captivant, poignant... voilà un drama qui m'a laissé un vrai sentiment de vide une fois fini. Mais vraiment quoi, on ne se détache pas de héros tels que ceux de Jumong qu'on a suivis tant de temps en 3 secondes après la fin ! Ce que je dis peut paraître exagéré et neuneu, mais même un mois après l'avoir fini, là, ben j'ai encore du mal à me dire que tout ça, c'est fini. Pourtant j'ai rempilé direct sur Kingdom of the Winds, qu'on peut plus ou moins considérer comme une suite, puisqu'il raconte la vie de Yuri, fils de Jumong, mais surtout de Myhyul, son petit-fils, destiné à non seulement causer la perte de Goguryeo (royaume érigé par Jumong) mais aussi à tuer frères et soeur, père et mère ainsi que son propre fils... Plutôt tragique le destin quoi. C'est intéressant à suivre, mais c'est pas du Jumong quoi. Enfin je crois que maintenant, va falloir du costaud pour dépasser Jumong... j'étais tellement prise par l'action... pfiou.



Petit point sur l'histoire ou l'Histoire (et désolée si tout ce blabla barbe certains) puisque que le drama retrace avant tout des faits réels adaptés évidemment, avant de se pencher d'avantage sur les personnages et interprétations, histoire de faciliter un peu la compréhension des ambitions de chacun, parce que Jumong, c'est une histoire d'ambition, de lutte de pouvoir acharnée, faite d'alliances et de trahisons... bref un vrai jeu de pouvoir haletant.
Donc pour situer un peu tout ça, jusqu'en 108 av.JC, en Asie de l'Est s'étendait un immense empire, Gojoseon qui perdurait depuis plus de 2000 ans... seulement les Han (dynastie chinoise) débarquent avec leurs armes de fer, ravagent tout, établissent leurs propres commanderies (Hyunto est la principale mentionnée tout au long du drama) et persécutent les populations qui essaient de fuir leur tyrannie, populations qu'on suivra sous le nom de "Migrants". Les Migrants s'unissent pour mettre un terme à l'invasion Han et retrouver leurs terres perdues, tout ça sous la direction d'un grand homme, le Général Hae Mo Su et de ses guerriers, l'Armée Damul. C'est à ce moment-là que le drama débute. Hae Mo Su et son ami, Keum Hwa, prince de Puyo n'ont de cesse d'attaquer les Han et leur effroyable armée de Fer (le secret du fer et de l'acier... le secret que tout le monde s'arrache !) dans le but de sauver les migrants réduits à l'esclavage par les Han. Entre deux batailles, Hae Mo Su et Keum Hwa rencontrent Yu Hwa, fille d'un chef de clan dont la population a été massacrée par les Han... Le triangle amoureux se dessine. Seulement voilà que Yoo Mieul, oracle de Puyo annonce qu'un oiseau à trois pattes (si si) obscurcit le soleil de Puyo... l'oiseau à trois pattes ? Hae Mo Su, que ses nombreuses victoires sur les Han ont rendu bien plus populaire et aimé que le roi de Puyo soit-dit en passant... dangereux pour la sécurité du royaume tout ça... Bon vous vous doutez de la suite, Puyo retourne sa veste et s'associe aux Han pour achever Hae Mo Su. Dame Yu Hwa, enceinte du Général trouve refuge auprès du prince Keum Hwa qui recueille son fils, Jumong et l'élève comme sien faisant la promesse qu'il ferait de lui le digne successeur de son père, celui qui reconquerrait enfin les terres perdues de Joseon. Seulement l'apparition de Yuhwa au palais n'est pas sans créer des tensions avec la femme de Keum Hwa et ses fils, délaissés au profit des deux rescapés. La lutte commence alors entre deux mères désireuses d'asseoir leur fils sur le trône de Puyo... (eh oui... les femmes ont presque plus de pouvoir que leurs époux, même si tout cela se fait en coulisses) Evidemment, s'arrêter à ça, est très réducteur, Jumong, c'est plus qu'une simple bête et méchante bagarre pour le pour le pouvoir, hein. Mais je m'arrête là, c'est déjà plus détaillé que prévu, et je vais pas non plus faire le boulot à votre place >.<

L'attrait du drama c'est donc de suivre Jumong, l'insouciant prince de Puyo, qui peu intéressé par les histoires de pouvoir et de guerre, préfère harceler les pauvres prêtresses du palais... Oui oui le grand Jumong harcelait les prêtresses (enfin une) dans sa jeunesse... eh ben, c'est du propre ça ! Bon si la politique ne t'intéresse pas Jumong, peut-être l'épée, le combat, la guerre... comme tous les jeunes hommes de ton âge rêvant de prouver leur valeur ?... Que nenni. "Jumong ! On part en guerre, mets ton armure ! - Mais Hyungnim... je sais pas tenir une épée, moi O_O" ... Et c'est ça, ce vrai boulet qui est censé fonder le puissant empire de Gorguryeo ?! Celui dont on m'a rabâché les oreilles en me sortant "rah tu vas voir... Jumong c'est la classe incarnée !" ?! Eh ben y a du chemin à parcourir hein... Et quel chemin ! Jumong se voit forcé à quitter le palais, contraint par un père et roi tout autant lassé de ses bêtises et de son incompétence que déçu de voir ses espérances trahies. C'est sûr, Jumong n'a rien de son père biologique, le vaillant Hae Mo Su.



Pourtant l'évolution se fait progressivement, au gré de ses rencontres, des épreuves et drames qu'il traverse, Jumong s'affirme, apprend à se battre (toujours un des instants clé que je préfère dans les dramas historiques ça ! le fameux apprentissage qui fera du héros... celui que tout le monde redoutera !) jusqu'à pouvoir faire face tête haute à ses ennemis, notamment la reine et ses fils qui pourrait-on croire, passent le plus clair de leur temps à échafauder divers plans tous plus tordus les uns que les autres pour mettre Jumong hors course. Hors course ? Pourquoi ? Pour la succession pardi ! La lutte est lancée entre Jumong et ses frères ainés Daeso et Youngpo... qui sera Prince-héritier de Puyo ? On pourrait considérer toute cette partie-là comme le premier chapitre de l'histoire, l'apprentissage progressif de Jumong, la prise de conscience de sa mission, de ses devoirs... En gros... c'est le début de la classe quoi. Ca peut paraître ridicule, mais dès que Jumong montrait un quelconque signe de progrès, que ses compagnons commençaient à lui témoigner du respect plus pour ses actes que pour son titre, que ses ennemis au premier abord reconnaissaient sa valeur, et s'inclinaient... ben moi j'étais aussi fière que si j'étais Dame Yuhwa (sa mère si vous avez loupé le fil) Je vous jure, c'est exaltant de voir la transformation, de commencer à apercevoir petit à petit le leader conquérant qui sommeille au fond de l'homme ! Et pourtant là, on en est qu'aux prémices de l'histoire...

Parce que la suite... bah ça n'a rien à voir. Les 30ers épisodes étaient vraiment vraiment trèèèès bons, mais la suite... c'est là que tout commence réellement, c'est là que Jumong accepte véritablement la mission que lui a léguée son père, qu'il accepte son destin de fonder une nouvelle nation, premier pas vers la reconquête des terres perdues d'antan. C'est devant lui qu'on s'incline dorénavant, c'est auprès de lui qu'on vient chercher de l'aide, ou qu'on demande conseil, c'est contre lui que les ennemis se liguent, histoire de faire cesser toutes ces conquêtes et ce ralliement qui commencent à bien les inquiéter. Petit Jumong a bien grandi, difficile d'imaginer qu'il ait pu être si insouciant avant cela. Un excellent stratège, combattant imbattable, meneur d'homme charismatique et avisé, redoutable et redouté, aimé et respecté par les siens, voilà ce que devient Jumong...

Et puis, entre lui et ses ennemis, y a pas photo quoi... Jumong c'est un homme calme, posé, assez peu expansif, qui laisse aussi peu sortir ses émotions (alors quand ça sort... ben on se prend une claque quoi.) Au niveau tempérament, je trouve qu'on pourrait presque faire un parallèle avec Iljimae dans The Return of Iljimae (même si Jumong c'est la virilité pure tandis qu'Iljimae joue de son côté androgyne, délicat) Il n'est pas du genre à foncer tête baissée dans la masse, c'est un homme réfléchi, et la réflexion ça finit toujours par payer. Ce n'est pas grâce à sa force et son habileté au combat qu'il s'impose (bon si quand même ça joue), c'est parce qu'il sait choisir les bonnes stratégies à mettre en place et qu'il parvient à soulever ses troupes avec son charisme sa détermination, et l'attention qu'il porte à ses hommes. J'ai beaucoup aimé sur la fin, l'arrivée d'un nouveau personnage, Bobunno (j'adore son nom), un soldat sous les ordres de Daeso... Et Daeso, bah il fait pas dans la dentelle, il lui demande de lui ramener la tête de Jumong. Bobunno commence donc par observer son ennemi avant d'agir, et il est surpris de voir ses méthodes, Jumong est attentif à ses hommes, parle avec eux, s'enquiert de leurs familles etc. Chose que jamais Daeso ne ferait... Bobunno comprend alors pourquoi Jumong est si respecté et pourquoi il en devient si redoutable... C'est un côté bien mis en avant dans le drama, et ça contraste tellement avec les méthodes de Daeso.



La classe, quand même, hein ? La barbichette... la bar-bi-chet-te *o*
Et pour interpréter ce personnage clé de l'histoire coréenne... on a Song Il Gook, que je ne connaissais pas, ou presque puisque j'avais vu le film The Art of Seduction, que j'avais bien aimé, sans être pendue à mon écran non plus... j'ai bien l'intention de le revoir maintenant que je me fais toute la filmo de Song Il Gook. Enfin pour en revenir à son interprétation de Jumong, je l'ai trouvé véritablement magistral, ce n'était pas qu'un acteur interprétant un héros charismatique, c'était Song Il Gook devenant le héros charismatique, murissant et vieillissant avec lui. Je vous jure on a l'impression que Song Il Gook a 20 ans au début et qu'il prend vraiment de l'âge au fur et à mesure quoi, c'est impressionnant la transformation progressive qu'il fait accomplir à son personnage sur ce plan-là. Je sais bien que le maquillage joue un rôle là-dedans... mais ça ne peut pas tout faire non plus. Il fallait du charisme, et de la prestance pour incarner pareil personnage... et Song Il Gook en a, c'est certain !

*Attention on attaque la partie niaise*
Et puis détail futile mais pas négligeable, il est grand (1,85m), il en impose quand il se bat quoi. On est loin des crevettes peu viriles -eh j'aurais pu mettre "pas", alors chut, râlez pas- qu'on nous bombarde à l'écran depuis quelques temps XD Non pas que ça me déplaise, mais un Jang Geun Suk pour incarner Jumong... ahem. Dans le même genre de détails futiles (tant qu'à perdre tout crédit hein...) y a le look : ralala la barbichette, sérieux, ça te change un homme ! *__* (si j'avais su qu'un jour je dirais ça oO)

Et ce regard... ce regard qui fait passer tant de choses ! Déterminé, rageur devant l'injustice, les scènes de guerres qui lui font perdre tant d'hommes, triste, accablé par les drames, rieur auprès de ses frères d'armes dans les rares moments de tranquillité dont ils bénéficient entre deux batailles... Tout ça, ça passe avec une facilité déconcertante, tellement il est dans la peau de son personnage ! Mention spéciale pour les épisodes 77 et 78, moments que j'attendais avec une impatience et une appréhension folle... et j'ai pas été déçue, qu'ils sont terribles ces moments ! Quelle émotion, ce que c'est bouleversant ! On y découvre presque une autre facette de la palette d'émotion que Song Il Gook peut nous faire partager, superbe tout simplement ! Impossible de rester de marbre devant ça, tellement c'est poignant. Et il est aussi à l'aise dans le registre léger, humoristique que dans le registre sérieux, tragique, ou encore sur le champ de bataille... là où son charisme et sa présence entrent en jeu.

Bref, vous avez compris, le coup de foudre a été fulgurant ! Je me suis lancée direct dans Kingdom of the Wind, commencé à DDL Lobbyist, et j'attends que A Man Called God soit entièrement subbé en vosta pour m'y mettre (même si ça m'a l'air d'être une bonne blague ce drama haha)... Juste un regret... il est devenu tout maigrichon pour ce dernier il a plus ses grosses joues U_U Et un Song Il Gook sans ses grosses joues, bah c'est comme... un... euh laissez-moi chercher... un Papa Noël sans barbe ! Vous imaginez un Père Noel sans barbe ? Non hein... c'est nul comme vision. Bah SIG sans joues, c'est pareil. C'est nul. =(



Et en face de Jumong, on a ça. Oui "ça", je l'ai tellement haï ce type, il mérite pas autre chose qu'un "ça" >.< "Ca", c'est Daeso (Kim Seung Soo), fils aîné de la Reine, et en tant que tel logiquement futur Prince héritier de Puyo. Sauf que le Roi rêve de voir Jumong suivre les traces de son père, autrement dit, on sent bien qu'il, non pas qu'il le favorise réellement, mais qu'il lui laisse toujours une chance de prouver sa valeur... et pour ça, il refuse d'entendre parler de couronnement de Prince héritier. Daeso, son frère, Youngpo, parfait imbécile et leur mère se sentent donc délaissés depuis l'arrivée de Jumong au palais, la jalousie commence à se faire sentir, alors même que Jumong n'en a strictement rien à faire des affaires du trône. Du moins au début. Donc Daeso est jaloux, juste jaloux, de toute façon, Jumong est trop occupé à courir les prêtresses, pour apprendre à se battre ou à s'intéresser aux affaires du trône... pas de quoi l'inquiéter. Sauf que Jumong change progressivement... et c'est ébahis que tous le voient mûrir peu à peu... jusqu'au jour où il devient tellement bon, qu'il commence à devenir vraiment gênant dans la course à la succession... Dès lors Daeso perd de son flegme, s'agite beaucoup plus, et use de stratagèmes beaucoup moins nets. Et histoire d'être définitivement débarrassé de lui, pourquoi ne pas tuer Jumong carrément... On comprend vite pourquoi je dis avoir haï ce personnage. Dire que je l'aimais assez au début, que je lui trouvais une certaine classe, lui au moins, assumait ses actes, à l'inverse de son abruti de frère qu'il devait sans cesse couvrir. Et puis il restait relativement fair-play en plus... pourtant au fil des épisodes... cette image de droiture commence à s'effriter, Daeso n'est plus qu'un homme avide de pouvoir, une obsession qui le mène à la limite de la folie... de plutôt classe, il passe à pitoyable, la chute est lourde. De toute façon, comment tu veux rivaliser quand en face de toi, t'as Jumong -et sa barbichette. et ses petites tresses trop sexy - ok j'arrête- ? Tu peux pas, y a un moment faut être lucide Daeso !



Deux princes... faut bien vous présenter la princesse qui capturera leurs coeurs maintenant (eh, on est en Corée ou pas ?) Et si elle ne porte pas le titre, Soseono en a bien toutes les qualités. Ah ce que j'aime ces héroïnes pétillantes, vives, aventurières, battantes ! Seosono, c'est donc la fille de Yuntabal, un marchant influent de Puyo et le chef de Jolbon, un état donc j'ai pas trop réussi à déterminer le statut, c'est pas un royaume, c'est pas un empire, c'est pas une commanderie... bref tout le monde s'en tape, ne nous perdons pas en considérations inutiles. Enfin toujours est-il que ce Yuntabal, marchant sage et avisé a une fille, un vrai garçon manqué qui bien évidemment croisera la route de Jumong. Sauf que ben voilà, on est en Corée (2è édition) et leurs débuts sont plutôt volcaniques, Seosono prend un malin plaisir à ridiculiser Jumong, l'humilie de façon assez sympathique, c'est assez collector d'ailleurs. Bien évidemment, l'antagonisme de départ évoluera peu à peu pour laisser place à d'autres sentiments, dont je tairai le nom parce que le mentionner ce serait vous prendre pour des billes... Depuis le temps, on sait tous comment ça fonctionne les romances coréennes :p

Seosono c'est donc un petit bout de femme décidé, autoritaire, glaciale en affaires, on aurait vite pu la trouver trop rigide. C'est pourtant pas le cas, une fois "apprivoisée", la gazelle se révèle douce, passionnée, sans pour autant perdre sa détermination, sa volonté d'avancer elle aussi. Car la demoiselle est ambitieuse aussi, non pas qu'elle ait soif de pouvoir, mais elle a dans l'idée de faire de Jolbon, un haut lieu d'influence, puissant et indépendant des deux grands empires entre lesquels il est coincé : Puyo et les Han. Et pour ça, elle n'hésitera pas à se battre ! Je vous ai déjà dit combien c'est agréable d'avoir autre chose qu'une potiche dans le rôle féminin principal ?

Le personnage de Seosono joue un rôle important dans l'évolution de Jumong, mais j'ai aussi aimé qu'elle puisse continuer par elle-même. Je veux dire, son personnage existe en dehors de sa relation avec Jumong quoi. Elle aussi évolue, s'affirme devant les vieux chefs véreux qui veulent les déposséder elle et son père de leur pouvoir sur Jolbon. Je l'ai trouvée absolument fantastique dans les derniers épisodes, quelle grande dame ! Elle aurait pu faire ce qu'on aurait pu attendre d'elle, du moins si on ne savait pas déjà quelle femme de coeur c'est...
Spoiler:
On aurait pu s'attendre à ce qu'elle se batte pour maintenir sa place et son pouvoir, rester auprès du seul qu'elle ait jamais aimé, et qu'elle suive les traces des autres femmes au pouvoir du drama, tout faire pour asseoir ses fils sur le trône... comportement qui aurait déchiré la toute récente nation de Goguryeo et qui l'aurait certainement menée à sa fin, mais elle aurait pu faire cela. Au lieu de ça... elle est restée digne, royale, a agi avec la noblesse qu'on lui a connu tout au long de cette épopée et s'est retirée, pour laisser à Yesoya et Yuri la place qui leur revenait de droit après toutes les épreuves qu'ils avaient endurées. Un comportement de Reine, y a pas à dire.
On ne peut que l'admirer cette femme. C'est en tout cas, ce que j'ai fait tout au long du drama. C'est toute cette profondeur, cette noblesse qu'a su retranscrire Han Hye Jin, là encore une découverte. Et quelle découverte ! J'en redemande ! peut-être avec Jejungwon bien que l'intrigue me botte pas des masses au premier abord (mais bon combien de fois j'ai dit ça alors qu'au final contre toute attente, j'étais complétement conquise. Pi avec les 81 épisodes de Jumong, je suis vaccinée... vous me faites pas peur petits 36 épisodes :p)
Bref, en gros, le perso de Seosono... pour ceux qui ont peut-être suivi Chuno... bah c'est l'exact opposé de Eon Nyeon, celle qui finit vite par devenir un vrai fardeau et boulet pour son compagnon de route T_T C'est du même tempérament que Seosono que je l'aurais voulue moi U_U



Parmi les autres protagonistes principaux, on retrouve aussi le Roi Keumwa et la mère de Jumong, Dame Yuhwa. Deux personnages que j'ai trouvés vraiment tragiques. D'un côté un homme, roi et marié de surcroît, tombé amoureux au premier regard de la femme de son meilleur ami disparu, et depuis lors devenu père de leur enfant. De l'autre, cette même femme, incapable de répondre à ses sentiments, et pourtant lui devant tant. J'ai beaucoup aimé leur relation, j'ai trouvé ça beau, même si le roi fait au final preuve d'un tel égoïsme... J'avais tellement de peine pour eux. Lui est incapable d'accéder à ses requêtes, et la garde jalousement à ses côtés, elle après avoir tant donné ne demande qu'une chose... Difficile de parler d'eux sans spoiler la moitié des grands tournants de l'histoire, je ne m'attarderai donc pas trop. J'ai quand même trouvé que Jun Kwang Ryul avait vraiment délivré une belle interprétation de son personnage, faisant bien ressortir les conflits internes qui se jouent en lui : ses devoirs de Roi, face à ses devoirs d'amoureux, d'ami, de père. Autrement dit faut-il sauver son pays ou son fils ? Faut-il aller jusqu'à blesser son fils pour assurer l'avenir de sa nation ? Et puis ses scènes avec Yuhwa étaient vraiment sublimes, surtout dans les derniers épisodes. J'ai vu ces derniers épisodes avec un mélange de colère, de tristesse et de pitié, tout ça à la fois. J'aime beaucoup cet acteur décidément, c'est aussi lui qui joue le diabolique Jang Min Ho de Swallow the Sun et c'est aussi un personnage drôlement intéressant à suivre, tout autant que son face à face avec le héros.



Niveau personnage tragique, on a aussi Yesoya (Song Ji Hyo vue dans Frozen Flower), sur qui je ne peux pas non plus m'étendre sans vous spoiler les 40-50 derniers épisodes en gros (oui, ce serait con, quand même.) Toujours est-il qu'elle aussi, je l'ai trouvée superbe. Il s'agit là encore d'un personnage tragique, peut-être même l'un des plus tragiques que j'ai rencontrés. On remarque vite un certain parallélisme avec le personnage de Yuhwa, deux femmes séparées de leurs maris, rendues à s'occuper seules de leurs enfants, sous le mépris et le dédain de leurs ennemis, deux femmes douces et fortes, deux femmes dont le sort ne peut que nous faire compatir, deux femmes déterminées... Voir Yesoya ainsi dans les derniers épisodes était un vrai crève-coeur, et ce même si au départ je shipais l'autre couple -si ça peut vous rassurer, normalement, c'est compréhensible pour ceux qui ont vu-, et que j'avais peur qu'elle nous joue la interdit de service, mes craintes ont été vite dissipées, et Yesoya est rapidement devenu un personnage pour qui j'éprouvais beaucoup de sympathie. Donc autant la fin m'a déchirée pour la raison que j'ai mise en spoiler plus haut (donc allez pas voir ! "bah ca sert à quoi que tu l'écrives alors ?" -_-'), autant ça m'a en un sens rassurée... bizarre comme feeling. Et quand on se sent aussi déchiré entre deux personnages, c'est bien un signe que le drama a réussi sa mission, non ?



Bon alors Jumong... vous l'avez pigé, c'est un grand chef, charismatique qui m'a complètement conquise... Mais il n'en serait pas arrivé là sans tout le soutien qu'il a reçu de ses amis, notamment celui de Oi, Mari et Hyuppo Et là, j'ai absolument adoré la relation fraternelle qui les unit tous. Pourtant au début c'était pas gagné, comme pour la romance, on part d'un antagonisme profond, puis une lueur de respect se laisse entre'apercevoir, puis au final, non, puis... bref, ça se fait pas en un jour. On passe pas de pickpocket à général d'un roi tout puissant, tout comme on passe pas de "je m'en fous des affaires de la cour" à "je veux construire une nouvelle nation !" en un claquement de doigts. Ces trois-là m'ont été sympathiques dès le début... déjà ils apportent l'humour qui permet d'alléger le tout, parce que bon, tout n'est pas rose dans Jumong, alors la petite touche de légèreté, elle est toujours la bienvenue ! Alors on a donc Mari, la tête du groupe, celui qui, en se rapprochant de Jumong se voit déjà premier ministre, ensuite on a Hyuppo, l'homme fort avec des cheveux trop fun *le retour de la niaiserie* qui lui s'imagine euh commandant je crois, et enfin Oi, et avec lui, Jumong aura plus de fil à retordre surtout dès lors qu'une certaine prêtresse s'incruste dans le groupe. Comme le reste des personnages, eux trois vont beaucoup changer, ce seront les piliers sur lesquels Jumong pourra s'appuyer, ses confidents, conseillers, ceux qu'il traite comme des frères, bref le trio inséparable qui fait sourire par ses crêpages de chignons, ses petites disputes etc. *Nouveau message codé* Pi quand les deux autres apprennent que Hyuppo se fait draguer par X (bah oui, c'est pas drôle si je vous dis par qui) ça devient encore plus drôle, sans que ça les gêne d'ailleurs (les moeurs auraient-elles régressées ? oO) Bon sinon des trois, je ne connaissais qu'Oi, rencontré tout d'abord dans Swallow the Sun (ils se sont pas foulés dans Swallow, ils ont choppé la moitié du cast de Jumong et zou, on prend les mêmes et on recommence ! Entre lui, le roi, le premier ministre et celui qu'on voit tout le temps en second rôle de secrétaire...) puis dans IRIS où il joue un sale type ><



Dans les seconds rôles, on reconnaît aussi le beau Bae Soo Bin (Shining Inheritance, Tempatation of an Angel, Dong Yi...), dans un rôle pour le moins ambigu; homme ? femme ? le mystère se veut entier jusqu'à la fin... bon évidemment quand on le connaît déjà, c'est moins drôle, du coup je me demande si j'aurais eu un vrai doute si je ne l'avais jamais vu jouer avant Jumong XD On y trouve aussi le préposé aux seconds rôles de secrétaires/homme de confiance dont je parlais plus haut, Jung Ho Bin, dans un rôle... bah d'homme de confiance pour changer. Un autre, qui m'a un peu saoulée par contre, c'est encore celui qui jouait le père d'Iljimae dans The Return of Iljimae... Lynda l'a très bien dit dans son article, il exagère un peu trop les "krrrrrr", pleurniche tout le temps, dans les moments d'émotion, bah j'étais plus "ouais bon allez, c'est bon, tu lui as demandé 15 fois de te tuer parce que tu lui avais pas encore pondue son épée de fer... arrête un peu maintenant" =_= Donc tout seul, il est lourd, par contre, quand il interagit avec Musong, celui qui a commencé par former Jumong au combat, là ça devient drôle. Ils sont toujours en train de râler... ou de boire XD Ils sont là pour amuser le téléspectateur, et ma foi, ça marche ^^
Et parmi les personnages qui m'ont le plus touchée, un petit mot sur Yeomieul, l'oracle ultra-classe de Puyo, que j'avais du mal à cerner au début et que j'ai fini par décider que j'allais aimer en dépit des erreurs qu'elle a pu commettre. J'ai trouvé l'actrice, Jin Hee Kyung extrêmement élégante, ce rôle lui allait comme un gant. Du genre totalement impassible... les rares instants où elle se laissait aller étaient vraiment emplis d'émotion.

Et ça ira comme niveau galerie de personnages... y en a tellement de toute façon, je suis obligée d'en zapper. Et donc j'en viens à l'un des points forts du drama... sa richesse en personnages. Un aspect qui aurait pu être nuisible au drama (trop de noms, trop difficile de savoir qui est qui, qui s'est allié à qui etc...) mais je n'ai pas eu de mal à suivre le drama à ce niveau-là. D'une, bah y a 81 épisodes hein... T'as bieeeen le temps de piger qui joue quel rôle et de deux, le drama, par sa longueur prend véritablement le temps d'approfondir les personnages, de leur permettre d'avoir une existence propre en dehors du fait qu'ils soient tous liés par Jumong. Oula c'est pas clair ce que tu racontes Laik' -_- ce que j'entends par là, c'est que les petites histoires de chacun sont relativement bien développées, que tout le monde a son temps de passage à l'antenne, même si bien évidemment le centre de tout ça, c'est l'évolution de Jumong. Je pense d'ailleurs que c'est cette richesse en personnages qui fait qu'on ne s'ennuie pas tout au long du drama, chose qui aurait été tout à fait concevable vu la longueur. On s'ennuie déjà parfois devant des dramas de 16 pauvres épisodes, alors imaginez quand il fait -euh attendez je calcule- 5 fois la longueur d'un drama habituel, les longueurs, on voit ça arriver grand comme une maison. Ben non, même pas. Enfin en tout cas, je n'ai pas senti cela, bon y a bien 2 ou 3 épisodes un peu longuets parce que Jumong s'est envolé je ne sais où -vous imaginez ça ??! Lé héros qui se barre en plein milieu ? pfff- mais hormis ça, c'était dense, intense du début jusqu'à la fin. Surtout la fin d'ailleurs à mon goût, alors que j'avais certains avis comme quoi les 10 derniers épisodes étaient moins bons que reste... Moi ca a été le contraire, ces 10 derniers épisodes, je les ai avalés en 2 jours, tellement j'étais frustrée par les fins d'épisodes qui me laissaient le coeur battant. C'est vrai quoi, quand X passe tout le drama a chercher Y, alors que le dit Y est juste sous son nez, t'as envie de hurler à X "mais ouvre les yeux bon sang !" Ralala en litté, on aurait parlé de "climax in terms of dramatic irony" (quand le lecteur sait des choses que le personnage ne sait pas. eh l'aut' comment elle sort sa science) Et ce genre de sensation, c'est ça qu'on recherche dans les dramas non ? Vraiment terribles ces derniers épisodes !

Et un dernier point sur l'emballage du drama, parce que ça commence à faire long mine de rien et que j'ai encore un oral de civi britannique à bosser =_= La réalisation est plutôt simple, pas de fioritures, pas d'effets de style particuliers lors des combats... et moi, ça me va. Parce que j'ai eu du mal à passer à The Kingdom of the Wind, ses virements de bord de caméra et ses bruitages lors des combats après ça. Les décors sont beaux, les tenues, absolument superbes. On est au 1er siècle là... bieeen avant la période de Joseon où les femmes portent des espèces de jupes bouffantes et les hommes des chapeaux bizarres. Et franchement je préfère la mode du 1er siècle à celle qui lui succédera par la suite. Les tenues sont vraiment vraiment magnifiques, très colorées, c'est chatoyant, ça brille, superbe !
Ce que j'ai aussi beaucoup aimé ce sont les cérémonies, celles du temple par exemple, ou les banquets, ça danse, y a des spectacles, des combats, c'est plein de grâce, c'est beau quoi. D'ailleurs en parlant de temple, j'ai été presque choquée de voir l'impact que peuvent avoir les croyances sur les hommes. Les dieux envoient un signe comme quoi X est un danger pour Y ou pour le pays... allez c'est parti, qu'on me ramène la tête de X ! C'est dingue ! L'idée que l'homme puisse agir de lui-même, sans être influencé par une entité quelconque ne semble même pas les effleurer... les dieux ont dit, alors faut pas faire autrement surtout. Ce sont les croyances qui rythment leur vie, pas leurs propres décisions. Au 21è, ça sonne bizarrement forcément.
Bref, dernier point (si cette fois, c'est vraiment le dernier, promis !) sur l'OST. Impossible de passer à côté ! Je crois qu'avec celui de The Legend (oui il n'a pas échappé à ma boulimie de K-dramas historiques), celui de Hong Gil Dong et celui de Chuno... je crois que c'est le meilleur. Je l'écoute là, en pavétisant, les instrumentaux m'ont fait frissonner, les ballades -qui ne sont généralement pas mon truc- m'ont là aussi bien plu, et les airs plus dynamiques joués lors des instants de conquêtes, batailles ou les longues galopades à cheval donnaient une sensation de liberté grisante. Vraiment, j'exagère pas, Jumong sans son OST, c'est clair que ça aurait eu bien moins d'impact.

Allez on conclue ! Entre complots, exploits héroïques qui font rêver, combats, trahisons, romance, jalousie, amitié, tragédie, haine, hypocrisie, rébellion, personnages touchants, casting de rêve (Song Il Gook ♥_♥. et sa barbichette.) et OST sublime... Jumong nous offre un cocktail détonnant (tiens en parlant de détonation... Vous savez que c'est Jumong qui a inventé la bombe fumigène ?! Si. J'vous jure. Manquez pas Jumong pour savoir comment la bombe fumigène est née surtout ! - OUi bah on trouve des arguments comme on peut hein... -_-) qui ne saurait laisser les amateurs du genre historique (et les autres !) indifférents ! Faut pas hésiter les amis, laissez-vous entraîner, c'est du tout bon ! Et pas d'excuse bidon comme quoi c'est trop long tout ça hein... ça passe vraiment à une vitesse, on l'a à peine fini qu'on a l'impression de l'avoir commencé la veille !

Et parce que j'ai pitié de vous, qui n'avez pas encore eu assez de Song Il Gook (attention à celui qui dit le contraire >.<), voici une nouvelle dose, parce que bon, j'ai tellement screené, que c'est un crève-coeur que de devoir cadenasser toutes ces pix dans mon ordi. Oui, quelle bonté, je sais. Et puis de toute façon, on a jamais assez de Song Il Gook, ne ? *o*

avatar
Laikanou

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 27
Localisation : Brest

http://asiasmile.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Ha-Rin le Mer 16 Fév 2011, 02:12

Woaaaah !! Je vais devoir attendre de regarder le drama avant de lire tout ton avis, mais ... il semble qu'il y a tellement de choses à dire sur ce drama x).

En fait, ça fait un peu longtemps que je voulais regarder Jumong, mais il est licencié partout (à moins que je n'ai pas assez cherché =/).

Si tu sais où est-ce qu'on peut le voir (ou au mieux, le télécharger), que Dieu te bénit !! Parce que de toute façon, je vais finir par l'avoir ce drama ! x'D.
avatar
Ha-Rin

Féminin Messages : 97
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 25
Localisation : Sur un semblant de paradis ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Laikanou le Mer 16 Fév 2011, 12:08

Je sais juste que Newsasia l'a traduit en Français, maintenant je ne sais pas si tu peux toujours le trouver sur le forum ou quoi. Etant donné qu'il n'a pas été licencié (et qu'il ne le sera pas, DP ne s'occupera pas d'un drama de 81 épisodes) je pense que tu devrais toujours le trouver là-bas ^^

Et oui, y a pleeeeein de choses à dire sur Jumong ! En même temps avec le nombre d'épisodes, il s'en passe des choses !
avatar
Laikanou

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 27
Localisation : Brest

http://asiasmile.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Torie le Dim 07 Aoû 2011, 21:05

Le plus beau des dramas , des acteurs époustouflant , des costumes et décors magnifiques , un scénario du tonnerre . Song II Gook est devenu mon acteur préféré . Au début la peur qu'on a tous est de ce farcir 81 épisodes , mais quand on commence on ne s'arrêtent plus , à part 4 épisodes qui s'essoufle un peu vers la fin , chaques épisodes est un pure plaisir .
La seule qui me faisait rire a la fin c'est que tous pensaient réussir à tuer jumong alors qu'ils y arrivé pas , a la fin c'était de trop sachant que quoi qu'ils fassent ils arrivaient a rien XD.
L'ost vaut le coup . En tout cas je le conseille vivement car je ne sais pas comment on peut détester Jumong.
Note : 10,5/10 c'est pour dire qu'il est meilleur que le 10 que j'ai mis à secret garden XD.
avatar
Torie

Féminin Messages : 17
Date d'inscription : 26/07/2011
Age : 26
Localisation : neuves maisons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Toya04 le Lun 29 Aoû 2011, 10:49

Drama que je conseille à tous le monde !!
Il est tout simplement génial !!

N'ayez pas peur du nombre d'épisodes!
Vous risquerez de passer à côté d'un chef d'œuvre ;)
avatar
Toya04

Féminin Messages : 9
Date d'inscription : 25/05/2011
Age : 31
Localisation : Paris

http://www.toya04.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Suiilen le Jeu 22 Sep 2011, 10:40

Exceptionnel, grandiose, magnifique, spectaculaire, émouvant, déchirant, attendrissant, et je pourrais continuer encore longtemps. Quoi ? SEULEMENT 81 épisodes ?! Quand on commence Jumong, on a envie que ça ne s'arrête jamais tellement c'est prenant.
Je n'ai jamais vu un drama aussi passionnant que Jumong, un véritable chef d’œuvre comme dit plus haut !

A regarder sans modération, effet garanti ! ♥
avatar
Suiilen

Féminin Messages : 13
Date d'inscription : 23/08/2011
Age : 32
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par gracinha le Lun 23 Jan 2012, 21:00

super cool!
avatar
gracinha

Féminin Messages : 25
Date d'inscription : 23/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jumong

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum